Scoop censuré du JDD : Cécilia Sarkozy n’a pas voté !

Publié le par comités 11

Selon les informations du site Rue89, le scoop aurait été retiré sur intervention de Lagardère, propriétaire du groupe du JDD :

Premier cas avéré de censure de l’ère Sarkozy … Selon nos informations (Rue89), le Journal du Dimanche, qui appartient au groupe Lagardère, a renoncé à la dernière minute à publier un article relatant comment Nicolas et Cécilia Sarkozy avaient passé leur dernier dimanche, le 6 mai, jour du second tour.

rue89.jpg

Avec une information choc : Cécilia, l’épouse du candidat, a ce jour-là renoncé à exercer son droit de vote.

Un coup de fil d’Arnaud Lagardère a conduit le directeur de la Rédaction, Jacques Espérandieu, à retirer au dernier moment l’article du “menu” du journal.

Une information confirmée par Patrice Trapier rédacteur en chef du JDD, à une journaliste de 20 minutes, sans toutefois parler d’intervention extérieure : “On ne l’a pas publié, car cela relevait de la vie privée de Cécilia.”

Samedi matin, Florence Muracciole, chef du service politique, propose deux articles concernant Cécilia Sarkozy: l’un devait décrire les tensions au sein du couple, l’autre l’affaire du “non-vote”, découvert par un journaliste.

cecilias.jpg

Par respect de la vie privée, le directeur de la rédaction, Jacques Espérandieu, renonce à publier le premier, mais donne son feu vert au second : il rapporte un fait vérifié, et suffisamment symbolique pour valoir publication.

Quelques jours plus tôt, Espérandieu a d’ailleurs donné l’impression de vouloir lutter contre les pressions, quoi qu’il arrive : “On va résister”, avait-il annoncé à ses troupes dans la journée de mardi.

“Espé” sait qu’il est sur un siège éjectable : il est dans le collimateur de Christian de Villeneuve, directeur des rédactions de LAM (Lagardère Active Média) depuis fin 2006.

Les deux hommes se connaissent bien : lorsqu’il dirigeait la rédaction du Parisien, Villeneuve avait eu la peau de son adjoint Espérandieu. Ce dernier avait rebondi au JDD avant d’être coiffé par Villeneuve …

Samedi matin, l’article est donc mis au “menu” du journal du lendemain … Mais samedi après-midi, tout s’emballe.

Jacques Espérandieu demande aux journalistes d’appeler la nouvelle “première dame” avant de publier le scoop.

jdd.gif

“Une façon de tuer l’info …”, commente-on amèrement dans les couloirs du JDD. Sans surprise, Cécilia Sarkozy répond brièvement : “No comment”.

Plusieurs membres de la garde rapprochée de Nicolas Sarkozy interviennent alors. Il s’agirait de Claude Guéant, ex-directeur de la campagne présidentielle, de Laurent Solly, ex-chef de cabinet du ministre de l’Intérieur, et de Franck Louvrier, l’homme des relations avec la presse.

Espérandieu résiste à ces pressions. Jusqu’au coup de téléphone d’Arnaud Lagardère, patron du groupe, qui exige que l’article soit remisé dans un tiroir. Ce qui est fait vers 20 heures …

La rédaction est sous le choc. Tous les journalistes ont en mémoire l’affaire Genestar, du nom du directeur de la rédaction de Paris Match, autre fleuron du groupe Lagardère.

Il avait été viré en juin 2006 pour n’avoir pas prévenu son actionnaire d’une Une qui avait déclenché une colère noire de Nicolas Sarkozy. Le 28 août 2005, l’hebdomadaire avait en effet affiché un cliché suggestif de Cécilia Sarkozy en compagnie de son ami du moment, le publicitaire Richard Attias.

Arnaud Lagardère avait attendu un an, mais il avait fini par satisfaire Nicolas Sarkozy, qu’il a un jour désigné comme “son frère”.

cecilia-pj.jpg

lignepact.jpg

Le site Rue89 inaccessible dimanche en raison d’un afflux de connexions

Le site internet Rue89, fondé par d’anciens journalistes de Libération, était inaccessible dimanche après-midi en raison d’un afflux trop important de connexions.

Les internautes se sont précipités sur le site lorsque celui-ci a mis en ligne une information selon laquelle la direction du Journal du Dimanche a censuré un article révélant que Cécilia Sarkozy n’avait pas voté au second tour de l’élection présidentielle.

«Nous avons mis en ligne l’information vers 13 heures, puis nous avons envoyé un communiqué à l’AFP, à Reuters et à France Info. Un quart d’heure plus tard, nos serveurs étaient débordés par le nombre de connexions», explique Pierre Haski, l’un des fondateurs de Rue89, interrogé par Liberation.fr.

En fin d’après-midi, vers 18h30, le site était toujours inaccessible en dépit des efforts de Rue89, qui a mis un troisième serveur en place pour tenter d’absorber les connexions.

Rue89.com, un site «participatif» qui réunit des journalistes professionnels, des «experts» et des internautes, a été lancé en mode «béta» (expérimental) le 6 mai. La version définitive du site est prévue pour l’automne.

lignepact.jpg


Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article