François Hollande souhaite “un grand parti de la gauche”

Publié le par comités 11

Le premier secrétaire du Parti socialiste François Hollande a annoncé dimanche soir 13 mai sa volonté de fonder “un grand parti de la gauche” qui irait jusqu’au “centre”, mais pas avant les législatives de juin prochain.

“Qu’est-ce qu’il faut comme nouvelle stratégie ? Un grand parti socialiste qui couvre tout l’espace qui va de la gauche, sans aller jusqu’à l’extrême gauche, car l’extrême-gauche a son identité, jusqu’au centre-gauche, au centre”, a déclaré François Hollande lors de l’émission “France Europe Express” sur France-3 et France-Info.

hollande02.jpg

“Il y aura des assises qui permettront de refonder un grand parti de la gauche pour les années qui viennent”, a-t-il annoncé, en précisant que “nous allons le faire avec tous ceux qui le voudront, mais je le dis bien, après les élections législatives”.

Chef du parti

Prenant pour exemple l’UMP, François Hollande a souhaité la formation d’un “instrument plus fort” pour les prochaines élections législatives et présidentielle en 2012, “parce qu’on ne peut pas avoir des petites forces autour, des satellites autour de lui”.

Il a par ailleurs indiqué que le candidat socialiste devra être désigné “sans doute deux ou trois ans avant” la prochaine élection présidentielle, et qu’il “y aurait une logique que ce candidat soit le chef du parti”.

hollande04.jpg

Evoquant le cas des personnalités socialistes approchées par le président élu ces derniers jours, François Hollande a jugé que celles qui “s’engagent avec Nicolas Sarkozy”, en réalité, “rejoignent (son) programme”.

“A ce moment-là, convenons-en, elles ne peuvent plus se réclamer de la gauche, mais des droites, des droites républicaines”, a déclaré le premier secrétaire du PS.

Les Verts

Enfin, s’agissant des Verts, qui ont refusé dimanche l’accord électoral proposé par le PS pour les législatives, François Hollande a expliqué : “Nous disons au Verts : vous devez prendre cet accord, au moins pour être à l’Assemblée nationale de bonne manière, et puis ensuite nous discuterons”.

“Et je crois qu’ils ne sont pas dans la capacité, et je le regrette, de prendre une décision”, a-t-il conclu.

(AP)

lignepact.jpg

Législatives : Mamère dénonce “l’attitude de repli” des Verts

Noël Mamère accuse son parti de “commettre une grave erreur” en refusant un accord avec le Parti socialiste pour les législatives. “C’est un affaiblissement plutôt que le triomphe de la vertitude”.

Faire capoter un accord par excès de gourmandise, c’est une erreur”, tance Noël Mamère après le rejet par les Verts des propositions du PS pour les législatives, dans un entretien publié lundi 14 mai par Le Parisien/Aujourd’hui en France.

“Il n’y a rien de pire que cette attitude de repli”, juge-t-il.

mamere.jpg

“Les Verts commettent aujourd’hui une grave erreur”, estime le maire écologiste de Bègles (Gironde).

“C’est un affaiblissement plutôt que le triomphe de la vertitude.

En interne, nous entrons dans la zone rouge. Cette position fait planer la menace de l’éclatement”.

Motion adoptée à 80%

Pour les législatives, le Parti socialiste proposait de ne pas présenter de candidat et de soutenir des Verts dans 13 à 14 circonscriptions.

Jugeant cette offre insuffisante, le Conseil national interrégional (CNIR, “parlement” du parti écologiste) a rejeté cette offre dimanche.

Par une motion adoptée à près de 80%, il a décidé de présenter 577 candidats au premier tour des législatives le 10 juin.

“C’est l’exact contraire de ce qu’il faut faire”, considère Noël Mamère.

“On ne peut pas demander au PS d’être plus généreux qu’il ne peut l’être”.

(AP)

lignepact.jpg


Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article